L'histoire des Singes dans l'Espace

décembre 27, 2020

Remontons un peu le temps, bien loin de SpaceX et de Thomas Pesquet, intéressons-nous aux prémices de la conquête de l’espace. La conquête spatiale fût une quête très importante à l’époque de la guerre froide. Etant un moyen d’affirmer la puissance d’un pays, les missions spatiales se multiplièrent mais envoyer des hommes cosmonautes en premier lieu était impossible, il fallait quelqu’un de plus courageux. Les différentes stations spatiales internationales ont donc cherché une solution à ce problème. Devinez quelle a été cette solution, nos amis les primates ! Les premiers spationaute à rompre l’apesanteur furent des singes. Bien que ces pratiques ne soient pas cautionnées par Instinct-Primate au vu du stress et autres problèmes plus graves qu’elles ont pu provoquer chez les singes, nous nous devons de rendre hommage au courage et à la force de ces singes qui ont finalement permis de faire un grand pas pour l’humanité !

Astronaute dans l'espace

Le premier singe à aller dans l’espace

Les Etats-Unis ont été le premier pays à lancer un primate, en envoyant un singe rhésus nommé Albert à une altitude subspatiale de 63 kilomètres à bord d'une fusée V2 en juin 1948.

À l'époque, on en savait très peu sur les effets physiologiques des vols spatiaux. Certains scientifiques postulaient que le système cardiovasculaire des astronautes se détériorait en microgravité, entraînant une mort quasi instantanée. Les chercheurs ont donc voulu faire exposer des animaux relativement gros dans l'espace pour voir comment ils s'en sortaient.

Généralement, les décollages se passaient bien mais le voyage posait des problèmes. En effet, Albert est mort étouffé pendant son voyage, et un certain nombre de ses frères simiens ont également sacrifié leur vie à la cause dans les années qui ont suivi…

Un autre singe rhésus nommé Albert II est devenu le premier primate à atteindre l'espace, atteignant une altitude de 134 km à bord d'une autre fusée V2 en juin 1949. Il a survécu au lancement mais est mort après qu'une défaillance de son parachute…

Alberts III et IV sont morts au cours de leurs missions à la fin de 1949, et Albert V a été victime d'une autre défaillance de parachute en 1951. Albert VI, également connu sous le nom de Yorick, a survécu à son vol de 1951, bien que celui-ci se soit terminé à une altitude de seulement 72 km - bien en dessous de la limite généralement acceptée de 100 km délimitant l'espace. C’était l’un des seuls qui étaient parvenus à réaliser avec succès son retour sur terre.

Les États-Unis ont franchi une étape importante en mai 1959, en récupérant finalement deux primates vivants après un vol spatial. Un singe rhésus nommé Able et un singe écureuil nommé Baker ont atteint une altitude de 483 km à bord d'une fusée Jupiter et ont été récupérés indemnes.

Alors que le programme américain de vols spatiaux habités commençait à prendre de l'ampleur, la nation a commencé à expérimenter avec des chimpanzés, qui sont plus grands et plus proches des humains que les rhésus, les écureuils ou d'autres singes. Vint ensuite la jolie histoire du célèbre chimpanzé de l’espace Ham.

Le célèbre chimpanzé de l’espace HAM

Né durant l'été 1957, la vie de ce primate va entrer dans l'histoire du programme spatial américain.

Ham le chimpanzé de l'espace

Le début de l’épopée du chimpanzé HAM

Tout a commencé avec sa capture : Ham a été emmené du Cameroun, dans l'ouest de l'Afrique centrale, avant d'être envoyé dans une ferme à Miami, en Floride. Il a été détenu en captivité et n'a été acheté que plus tard par l'armée de l'air américaine.

Enlevé de sa maison connue sous le nom de Rare Bird Farm, le chimpanzé de deux ans a été envoyé à la base aérienne de Holloman, au Nouveau-Mexique, en 1959. Il y rencontrera 40 chimpanzés de sa propre espèce et il ne tardera pas à se mesurer à chacun d'entre eux, participant à une série de tests d'entraînement qui le verra quitter l'atmosphère terrestre pour l'espace. Connu simplement sous le nom de n° 65, le chimpanzé a participé à de nombreuses évaluations jusqu'à ce qu'il soit l'un des six primates potentiels à voler.

Sous la supervision de Joseph Brady, un neuroscientifique du laboratoire d'aéro-médecine de la base aérienne, le n° 65 a bien rempli ses fonctions en réagissant aux lumières et aux sons électriques. Sa vitesse de réaction était impeccable par rapport aux autres primates avec lesquelles il s'est entraîné, car il a rapidement poussé les leviers dans les cinq secondes suivant la vision d'une lumière bleue clignotante. Il apprenait vite et a vite compris qu'une réponse correcte à sa formation lui rapporterait une friandise à la banane.

Peu de temps après, il était prêt à embarquer sur le vol suborbital MR-2 dans le cadre du projet Mercury, le tout dernier jour de janvier 1961. La NASA était une agence spatiale nouvellement créée à ce moment de l'histoire et la mission serait la première étape d'un grand projet des États-Unis visant à mettre un astronaute humain en orbite autour de la Terre.

Lancé depuis le cap Canaveral, en Floride, des scientifiques sur le terrain ont surveillé la santé de HAM et observé l'astrochimie dans l'accomplissement de ses tâches - il s'est vite avéré qu'il les accomplissait une fraction de seconde plus lentement qu'il ne l'avait fait lors de son entraînement avant le vol. Cependant, peu après le vol, le contrôle au sol a commencé à s'inquiéter : la capsule MR-2 a commencé à perdre de la pression et ils ont attendu le pire avec impatience. Étonnamment, le numéro 65 a évité tout dommage grâce à sa combinaison spatiale pressurisée et a continué à prouver qu'il était possible d'accomplir les tâches qui lui étaient assignées dans l'espace. Ici on voit que l’expression « faire un travail de singe » n’a pas lieu d’être !

Lorsqu'il fut temps de redescendre sur Terre, le retour du chimpanzé n'a pas été de tout repos, loin de là. La capsule a traversé l'atmosphère de notre planète, éclaboussant l'océan Atlantique, et a ensuite été récupérée par un navire de sauvetage - mais y aurait-il une vie à sauver ? En ouvrant l'écoutille de la capsule, ses sauveteurs ont découvert que le chimpanzé avait survécu à ses 16 minutes et 39 secondes d'aller-retour dans l'espace avec rien de plus qu'un nez meurtri.

La NASA n'avait plus à s'inquiéter de la réaction du public quant à l'attribution d'un nom au chimpanzé avant cette mission imprévisible, alors on lui a enlevé son numéro et on lui a donné un nom. Le chimpanzé a été baptisé Ham !

Ham a passé les 17 années suivantes de sa vie au zoo national de Washington, D.C. avant de s'installer au zoo de Caroline du Nord. Après la mission de Ham, en mai 1961, l'astronaute Alan Shepard a été lancé dans l'espace à bord de Freedom 7, le premier vol spatial humain des États-Unis dans le cadre du projet Mercury, qui doit son grand succès aux résultats obtenus par Ham - un astronaute animal qui a mérité sa place au Temple international de la renommée spatiale.

 Photographie astronaute

Le 29 novembre 1961, un chimpanzé nommé Enos a effectué une orbite autour de la Terre, ouvrant la voie au vol orbital historique de John Glenn, le 20 février 1962. (Une fois de plus, les États-Unis étaient légèrement en retard à la fête : Gagarine a orbité autour de notre planète lors de son vol du 12 avril 1961).

Après qu'il avait été établi que les humains pouvaient effectivement survivre aux rigueurs des vols spatiaux, les singes et les macaques ont disparu dans le monde de l’astronomie, au vu de tous ce que les singes ont subi, ce n’est peut-être pas plus mal.

Énormément d’autres agence spatiales ont également utilisés les primates dans leurs sortie dans l’espace. La France en fait partie.

Comment sont préparés les singes pour aller dans l’espace ?

Il y avait une première sélection afin d’avoir le singe le plus « performant » dans différents points notamment la vitesse de réaction.

Puis avant le départ, les animaux sont soumis à plusieurs opérations particulières. On leur implante notamment des capteurs et autres puces qui ont coûté la vie à certains simiens. L’objectif était d’avoir une idée de leur réaction face à l’apesanteur. L’apesanteur étant l’un des problèmes majeurs à cette époque, les singes étaient donc considérés comme de simple support d’expériences visant à préparer au mieux le départ des hommes dans l’espace. Ces voyages ont permis d’éviter un grand nombre de mort humaine, mais à quel prix pour les différentes vie simiennes…

Y-a-t-il d’autres animaux qui sont allés dans l’espace ? 

Fusée qui décolle vers l'espace

La réponse est oui. D’autres animaux ont été sollicités pour aller dans l’espace, les primates ne sont pas les seuls à avoir participer à la conquête spatiale de l’homme.

Des chiens astronautes ?

Eh oui, ton petit toutou aurait pu être sélectionné pour aller dans l’espace ! Enfin s’il a connu l’époque de la guerre froide, ça réduit directement drastiquement les possibilités.

En effet, le rival des États-Unis dans la course à l'espace, l'Union soviétique, a principalement utilisé des chiens à l'approche de ses premiers lancements humains, pensant que les chiens s'avéreraient moins agités en vol que les singes. Les Soviétiques ont lancé leurs premiers chiens dans l'espace en 1951. Le pays a réussi à mettre en orbite le premier animal - un chien appelé Laika ("Barker") - à bord du vaisseau spatial Spoutnik 2 en novembre 1957. Malheureusement, l’animal n’a pas survécu à ce voyage.

Malgré sa vocation canine, l'Union soviétique et la Russie qui lui a succédé ont aussi lancé un certain nombre de singes rhésus dans l'espace dans les années 1980 et 1990, dans le cadre d'un programme appelé Bion.

Des animaux plus petits que les singes rhésus ?

Après la disparition des singes en tant que cosmonautes, les États-Unis ont continué à lancer des animaux pour des expériences scientifiques, mais se sont de plus en plus concentrés sur des créatures plus petites comme les souris et les insectes, qui sont plus faciles à soigner et prennent beaucoup moins de place.

Les dégâts causés sur les primates…

Oui même si les primates ont participé à l’ascension spatiale des hommes, le terme « participé » pourrait être aussi largement remplacé par « sacrifié ». Les quelques petites histoires que nous venons d’évoquer suffisent elle-même à apprécier les dégâts causés à nos pauvres amis primates. D’autant plus que la plupart d’entre eux ont été oubliés…

Quelques œuvres comme le film d’animation « les Chimpanzé de l’Espace » permettent de refaire émerger ces histoires et c’était ici l’objectif premier de cet article, redonner « vie » à ces histoires et par la même occasion à ces héros du passé qui ne doivent pas être oubliés !

Toile singe astronaute

A très bientôt sur Instinct-Primate ! 🦍


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

Gorille contre lion qui gagne
Gorille contre lion qui gagne ?

décembre 22, 2021

Voir l'article entier
Quels sont les singes vivant en Afrique
Quels sont les différents singes vivant en Afrique ?

décembre 14, 2021

L’Afrique et sa diversité en termes de culture et de paysage sont la richesse de ce continent, mais il est également riche en termes d’espèces animales. Le continent africain est le continent d’où provient le plus de primate dans le monde entier.
Voir l'article entier
Tout savoir sur les singes en amazonie
Tout savoir sur les singes en Amazonie

septembre 11, 2021

L’Amazonie et sa biodiversité incroyable sont les joyaux du continent américain et nous permettent chaque année de découvrir de nouvelle espèce mais qu’en est-il des singes qui vivent en Amazonie ?
Voir l'article entier